Un séminaire pour aider les patrons de l’intérim à contester les accidents du travail

par Sylvain Lapoix Le mars 15, 2011

58 Réactions
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

Journaliste politique engagé et un brin utopiste, j'ai couvert la campagne présidentielle pour Marianne2.fr avant de m'ouvrir à l'économie. Enquêteur augmenté sur OWNI depuis septembre 2010, je cherche la petite bête dans les domaines de l'énergie, de l'écologie et des partis politiques.


Sur le même sujet

A 11.939 € le poignet cassé, les patrons d’agence de travail temporaire regardent à deux fois avant de déclarer des accidents du travail… et quand ils n’ont pas le choix, leur syndicat patronale les aide à les contester !

Publié dans L’Humanité Dimanche du 10 mars, par notre confrère Cyprien Boganda, un document du Prisme (organisme représentatif des entreprises d’intérim) réservé à ses adhérents propose une formation spécifique pour « Comprendre et gérer les nouvelles procédures d’instruction des AT-MP », incluant un module « Contestation du caractère professionnel de l’accident ou de la maladie ».

Cyniquement rangée dans la rubrique « Maîtriser les coûts liés aux accidents du travail et aux maladies professionnelles », ces formations sont facturées 400 à 700€ la journée et dispensées par des avocats spécialisées dans le business lucratif de la contestation d’accidents du travail. Un créneau porteur dans le secteur du travail temporaire car, selon un rapport de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail paru en 2007, deux fois plus d’intérim que de salarié en CDI (8,6% contre 4,3% pour les CDI) déclaraient avoir eu au moins un accident du travail dans l’année écoulée pour une durée d’interruption temporaire de travail plus longue (33,6 jours contre 23,6 jours pour les CDI en moyenne).

Suivez nous sur Twitter et sur Facebook.