Google et Facebook s’engouffrent dans la brèche égyptienne

par Olivier Tesquet Le février 14, 2011

5 Réactions
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

Jeune journaliste issu de l'école géopolitique, j'ai quelques marottes, comme les libertés numériques, le LOL et les enquêtes à tiroirs. Embarqué dans la Soucoupe depuis août 2010, je collabore également à Slate.fr, Snatch et Technikart. Disclaimer: je porte des chemises à carreaux.


Sur le même sujet

Alors que la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton délivrera mardi 15 février un nouveau discours sur la liberté d’Internet, certaines entreprises américaines essaient déjà de tirer les marrons du feu égyptien. Après s’être tenus en retrait pendant le soulèvement populaire, Facebook et Google (dont l’un des employés avait été retenu prisonnier pendant 12 jours par la sécurité d’Etat) ont amorcé un virage dans leur communication dès le départ de Moubarak, comme le constate le Financial Times.

Le journal financier cite ainsi une réaction d’un porte-parole de Google:

Nous engageons des personnes passionnées. Leurs valeurs sont les valeurs du web: l’accès à l’information, la liberté de communication, le pouvoir des peuples et de la démocratie. Nous sommes extrêmement fiers de voir des utilisateurs de Google prendre position sur ces sujets.

Déjà loué pour son rôle en Tunisie, Facebook a choisi une voie sensiblement plus subtile, peut-être pour éviter le retour de bâton éventuel. “La technologie a certainement joué un rôle vital dans leurs efforts, mais nous pensons que leur courage et leur détermination ont été plus importants”, a fait savoir la compagnie de Mark Zuckerberg.

Suivez nous sur Twitter et sur Facebook.